• Publié par : Alain CANARD
  • Imprimer cette page

Des serres pour étudier, travailler et découvrir

Les serres : précieuse ressource de curiosités

Ces serres présentent de nombreux intérêts. D’abord, il s’agit de la dernière collection végétale de Rennes, celle du jardin du Thabor ayant fermé ses portes. D’autre part, les serres abritent des plantes peu ou pas représentées en Bretagne, ce qui lui confère un certain intérêt en raison de la variété des spécimens. Par exemple, au milieu des bégonias et des fougères, on peut découvrir notamment des plantes carnivores, des cactus, des hibiscus ainsi que des orchidées. Ce panel est possible grâce à la reconstitution de trois milieux de vie : chaud et sec, chaud et humide ainsi que tempéré.

  
Allamanda purgative Datura Brugmansia Euphoria Milii du Moulin

Hibiscus Stapelia gigantea Fleurs de porcelaine  

La richesse de la collection ainsi que la beauté des plantes présentes peuvent être appréciées lors de visites accompagnées.


Explications à une classe lors d'une visite accompagnée dans les serres

La particularité des serres tient également à sa contribution à la formation des étudiants et au travail des chercheurs de l’UMR "Ecobio".

La contribution des serres à la formation des étudiants

Cet outil pédagogique intervient de manière incontournable dans la formation des étudiants de l’Université de Rennes 1. Les enseignements de botanique et de physiologie végétale de la Licence au CAPES et l’Agrégation sont illustrés par les spécimens de la serre. Ainsi, la culture de fougères permet l’étude des premiers stades de développement de ce végétal.

La serre expérimentale au service des chercheurs

Une partie de la serre est destinée à la recherche. Les conditions d’humidité, de température et d’autres paramètres y sont contrôlées. Certaines plantes sont cultivées afin de permettre l’étude alimentaire d’escargots et d’insectes.
D’autres cultures permettent de mettre en évidence les graines contenues dans le sol. D’autres encore, sont destinées à des études génétiques pour connaître le lien de parenté entre certaines espèces de graminées et de légumineuses. Enfin, des végétaux soumis à certaines contraintes (contrainte hydrique, polluants chimiques, etc.) font l’objet d’études sur leur capacité à d’adaptation à ces contraintes.


Pour en savoir plus :

Rubrique Portrait de Rennes1 Campus n°67 (p.4) : "Marie-Thérèse MISSET, conservateur d'un musée vivant"

Contact : Marie-Thérèse Misset, biologiste et responsable des serres (02 23 23 61 70)