BOUSTIE Joël

  • Chargé de mission CST
  • Commission de Culture Scientifique et Technique de l'université de Rennes 1
  • Université de Rennes 1 - Campus de Beaulieu
    263 Avenue du General Leclerc CS 74205 35042 RENNES CEDEX

    Bâtiment : Diapason (Service Commun d'Action Culturelle)

  • Téléphone : 03 23 23 55 70
  • Messagerie :
  • Publié par : Joël BOUSTIE
  • Imprimer cette page

Historique des collections zoologique et botanique

Amorce des collections zoologique et botanique

Une bonne partie de la collection zoologique et botanique de l’Université s’est amorcée en 1740. C’est Christophe-Paul De Robien (1698-1756), président du Parlement de Bretagne, qui a rassemblé des objets artistiques et scientifiques. Cette collection était exposée au Cabinet des curiosités, rue aux Foulons à Rennes (actuellement rue Le Bastard).


C.-P. De Robien (1698-1756) a rassemblé les premiers éléments
de la collection qui deviendra au fil des siècles une collection riche de qualité.

 

Exposition des collections au Muséum d'histoire naturelle et des arts

Par la suite, elle est recueillie à l’ancien évêché situé à Saint-Melaine où Pierre Quéru-La-Coste ouvre au public le Muséum d'histoire naturelle et des arts. Sa fréquentation est importante. A la mort de P. Quéru-La-Coste, c’est la Ville de Rennes qui devient propriétaire de l’ensemble de la collection et la transfère à l’Hôtel de Ville en 1815 où elle n’est plus exposée.
Le conservateur des collections, Hyacinthe Pontallie, en a recensé l’ensemble des pièces en 1831 : 5 310 objets naturalistes. Ce sont principalement des coquilles et des plantes en herbier qui composent les trois-quarts des collections.

Les collections s’accroîtrent par achats et par dons

La Faculté des sciences de Rennes est créée en 1840. Afin d’assurer l’enseignement, H. Pontallie est chargé d’acquérir des objets d’histoire naturelle à Paris (mammifères, oiseaux et minéraux). Les collections sont alors inaccessibles au public et demeurent à l’Hôtel de Ville.
La création de la Société des sciences physiques et naturelles du département d’Ille-et-Vilaine en 1860 va contribuer à accroître les collections universitaires. Des coquillages bivalves et univalves exotiques ainsi qu’un herbier, "l’Hortus rhedonensis", constitué par Degland font désormais partie des collections. De même, des séries de papillons et d’insectes sont acquises.

Au Palais universitaire, le fonds d’objets d’histoire naturelle est de nouveau ouvert au public, augmenté par une collection d’oiseaux. Puis, en 1874, c’est une collection de papillons et de coléoptères qui est offerte par C. Oberthur.


Armoire renfermant les collections de C. Oberthur (fin du 19ième siècle).
En haut, l’inscription indique : "Collection C. Oberthur, offerte par sa famille au Muséum d’Histoire Naturelle de la Ville de Rennes".

 

 

 

 

En 1900, Joubin inventorie la collection de botanique. L’herbier principal comporte 20 000 plantes et l’herbier de Degland, 1 200. D’autres herbiers tout aussi imposants viennent compléter la collection.


La collection d'herbiers.
L’Université de Rennes1 conserve de nombreux herbiers aux origines et périodes diverses.

 

 

 

 

 

 

 

Les collections dans l’ombre

A la fin de la deuxième guerre mondiale, le Palais universitaire endommagé annonce le départ des collections qui, vingt ans après, s’installent sur le campus de Beaulieu. Seule une faible quantité des spécimens zoologiques est conservée dans le bâtiment 3. Ces squelettes et animaux naturalisés ou présentés en bocal contribuent à la formation des étudiants. Quant à la collection botanique, elle se place à l’abri des regards en attendant un projet d’exposition de ces collections. Ce projet intitulé "Arche des sciences" est en cours de réalisation.

 


La galerie dans le bâtiment 3 Entrée Est du bâtiment 3.
C’est ce bâtiment qui renferme la galerie de zoologie.