• Publié par : Joël BOUSTIE
  • Imprimer cette page

Télescope de James Short (The Gregory Telescope of James SHORT)

 Vers 1740


 

Contexte historique


Sans pouvoir le réaliser, James Gregory (1638-1675), mathématicien et opticien écossais, a conçu un télescope à miroir secondaire concave en 1663. Il a fourni une description de son instrument dans l’ouvrage intitulé "Optica promota".
C’est seulement quelques années plus tard que la construction d’un télescope est initiée par James Short (1710-1768). Il en construisit plus de 1 300 en 30 ans. Celui de l'université date de 1740 et porte l'inscription : James Short – London – 1740 -  29/228  = 16-6
L’inscription gravée par le fabricant permet de déterminer à la fois le nombre de télescopes construits par James SHORT à la date de fabrication de celui-ci (228), le nombre de télescopes de cette dimension (29)  ainsi que la distance focale en pouces anglais (16) c’est-à-dire 406 mm, ce qui fait un rayon de courbure de miroir du double. C'est probablement un des premiers d ce type arrivé en France.

 

Descriptif du télescope de James Short

Le télescope grégorien est composé d'un long tube, au fond duquel se trouve un grand miroir concave. Un tube oculaire perce ce miroir en son centre. À l'autre extrémité, se trouve un deuxième miroir, plus petit et plus concave que le premier. Il est fixé sur une lame de cuivre pliée à angle droit qui a la possibilité de coulisser le long du tube. Ainsi, le deuxième miroir s'approche ou s'éloigne du premier miroir. Dans le tube oculaire de faible diamètre sont fixés deux lentilles.
Le faisceau lumineux pénètre dans l’ouverture du  télescope et se réfléchit sur le grand miroir puis se concentre sur le petit miroir qui le dirige vers l’oculaire. L'ensemble est porté par un trépied qui permet l’observation dans toutes les directions
L’avantage du télescope dit de Short est sa compacité : le faisceau lumineux est rapidement renvoyé d’un miroir à l’autre. Ainsi, ce type de télescope est plus puissant et plus maniable que ceux construits selon la méthode de Newton.

Source : James Caplan et Ecole Polytechnique
http://softs.polytechnique.fr/dsi/ksup/MuseeVirtuel/W3patrimoine/index.php?PAGE=TelescopedeGregory&TYPE=optique