• Publié par : Joël BOUSTIE
  • Imprimer cette page

Electromètre à quadrants de Pierre Curie (Curie's quadrants electrometer)

Vers 1890

 
Constructeur : Société centrale de production chimique, Paris

 

Electromètre à quadrants de Curie (Curie's quadrants electrometer)

Dès le XVIII ème siècle, de nouveaux instruments de mesure sensibles et fiables apparaissent.


Pierre Curie et son frère, Jacques, se sont intéressés fortement à l'électromètre à quadrants conçu par Lord Kelvin à partir de 1872. Ils ont contribué à l’élaboration de deux types d'électromètres dont l'électromètre apériodique (1885).


L'électromètre à quadrants est constitué d’un cylindre-enveloppe  en cuivre que l'on peut enlever complètement pour faire les réglages. Un fil  de suspension métallique supporte une aiguille mince  introduite dans des secteurs fendus dans deux directions perpendiculaires de manière à former quatre quadrants. L' aiguille est reliée au reste du montage électrique d'étude. Elle porte  un petit miroir à sa base. Un faisceau lumineux est projeté sur le miroir qui le renvoie sur une échelle graduée dans une autre direction. On lit alors la déviation du faisceau sur une échelle (Méthode de Poggendorff). Cette déviation est proportionnelle au courant électrique.


L’électromètre  est un des constituants  du premier montage réalisé par les Curie pour mesurer la radioactivité des corps et est très sensible aux très faibles courants électriques (jusqu'à 10 -12 A).

Sources : Oeuvres de P. Curie, Musée CURIE et ESPCI (Ecole Supérieure de Physique Chimie Paris)

 

 
©Institut Curie-Musée Curie

Montage de la mesure de la radioactivité naturelle
(De gauche à droite : un quartz piézoélectrique, un électromètre à quadrants, une chambre d'ionisation)


Pour en savoir plus :

http://www2.espci.fr/presentation/radioactivite.htm#appareils_curie