• Publié par : Joël BOUSTIE
  • Imprimer cette page

L'herbier lichen de Henry des Abbayes

Réalisé par Kristina Articus et Joël Boustie

Un herbier est une collection de matériel végétal ou fongique desséché, comme par exemple les lichens séchés composant l’herbier « des Abbayes ».
Les lichens sont des champignons qui vivent en symbiose avec des algues ou des cyanobactéries. Cette forme d’organisation où le champignon adsorbe les minéraux et où les algues assurent la photosynthèse, permet aux lichens de vivre dans des conditions parfois extrêmes et sur des supports très variés. Sur des surfaces nues de rochers par exemple, si ce n’est à l’intérieur de ceux-ci, ce seront des organismes pionniers qui apporteront une première matière organique.


Les herbiers sont importants pour des études systématiques, taxonomiques, écologiques ainsi que pour des recherches menées sur la chimie de ces organismes. L’échantillon d’herbier est une référence et donne une information sur l’état de la végétation en différents lieux et différentes époques ; il donne aux chercheurs une information taxonomique (à quoi ressemble l’espèce, quelle est son nom). Les échantillons conservent plus ou moins leur forme et leur présentation tout au long du temps et sont un support d’informations aussi très précieux pour les générations à venir.

Dans ce contexte, l’herbier lichens « des Abbayes » présente une importance majeure. Henri Robert Nicollon des Abbayes (1898-1974) était en effet un lichénologue français hors pair qui était titulaire de la chaire de Botanique à l’Université de Rennes. Il a fait partie de l’élite internationale en lichénologie et avait d’excellents contacts avec ses divers collègues. Sa collection est par exemple en partie constituée de matériel échangé avec ces autres chercheurs (exsiccata, cf ci-dessous). Une bibliothèque de grande valeur est aussi associée à cet herbier. Elle est constituée de nombreux ouvrages qui lui ont été donnés directement par leurs auteurs mais aussi de livres anciens dont certains sont particulièrement rares et magnifiquement illustrés.

La carrière scientifique de des Abbayes est étroitement associée à la ville de Rennes et à la région Bretagne. Sa recherche a porté tout particulièrement sur la flore lichénique bretonne et il a publié de nombreux articles sur les lichens de la côte armoricaine (voir http://www.nhm.uio.no/botanisk/lav/RLL/RLL.HTM, auteur= Abbayes). Cependant, il n’a pas seulement travaillé sur les lichens, il est aussi connu pour une flore exceptionnelle de la Bretagne : la Flore et végétation du Massif Armoricain. Flore vasculaire. Ainsi que des traductions d’œuvres grecques et latines qui font actuellement référence dans des manuels scolaires.


L’importance de l’herbier pour la lichénologie française et internationale


L’herbier « des Abbayes » constituée par environ 11 000 spécimens. Une grande partie de ces lichens a été collectée par des Abbayes lui-même pendant la période 1930-1960 et cela constitue une documentation de première importance pour la flore lichénique française durant ces années. Parmi ces lichens une place importante est faite aux lichens de Bretagne qu’il a collectés lui-même dans la région. D’autres collections sont aussi associées à cet herbier, notamment des collections de régions tropicales. En lichénologie, des collections de qualité pour ces régions si éloignées sont particulièrement rares et celles-ci sont donc de haute importance.


Un quart de l’herbier est constitué par des collections d’autres chercheurs de renommée internationale. Ces collections sont ici présentes, dans la mesure où des Abbayes les a constituées par la base d’échanges d’exsiccata. Les lichens sont identifiés à l’aide de caractères microscopiques, et il n’est pas possible de les étudier au travers d’illustrations seulement : de véritables échantillons sont nécessaires. C’est dans ce sens que les lichénologues utilisent le système des exsiccata où quelques échantillons représentatifs d’une espèce constitutive de l’herbier peuvent être échangés entre lichénologues. Cela leur permet d’étudier ces espèces sur leur lieu de résidence.

L’importance d’un herbier peut aussi être mesurée par le nombre de spécimens appelés « types ». Les « types » sont des spécimens sélectionnés tout spécialement comme étant représentatifs d’une espèce nouvelle. L’herbier des Abbayes contient 35 spécimens-type et beaucoup de chercheurs internationaux sont venus pour les étudier.


Les objectifs d’un herbier correspondent à une documentation historique de la nature (quand et où ces lichens ont été trouvés), pour rendre possible une recherche taxonomique moderne. Cela donne par exemple l’opportunité rare à des chercheurs et à des étudiants de s’initier ou de se conforter dans l’apprentissage des lichens au travers de ces collections et d’établir aussi des relations internationales par les échanges qu’ils peuvent avoir avec d’autres lichénologues gérant des herbiers. L’herbier des Abbayes a une importance considérable pour la recherche sur les lichens en France ainsi qu’au niveau international (en particulier sur le genre Cladonia dont de nombreux spécimens sont ici présents et pour la recherche sur les lichens tropicaux).


La bibliothèque « des Abbayes »


Associée à la collection lichens des Abbayes, on trouve une bibliothèque constituée par de la littérature scientifique concernant la lichénologie. Nous avons recensé environ 240 ouvrages et il s’agit là d’une des bibliothèques les plus complètes sur le sujet. Parmi ces ouvrages, nombreux sont ceux qui sont originaux et particulièrement rares comme par exemple les premières éditions du travail d’Acharius. Acharius est considéré comme étant le père de la lichénologie et les ouvrages avec des illustrations colorées manuellement existe seulement en quelques copies. A titre d’exemple aussi, on peut citer une édition particulièrement rare du lichenes de J.F. Hoffmann avec des illustrations d’une qualité remarquable. Cet ouvrage date de 1801.

 

Importance et situation de l’herbier au niveau de l’UFR de Pharmacie


Sur le campus de Villejean, une nouvelle équipe associant des pharmacognostes et des chimistes travaille sur les composés lichéniques. L’objet de leurs recherches concerne la valorisation des composés lichéniques à un contexte pharmaceutique. Les lichens produisent en effet de grandes quantités de structures chimiques tout à fait uniques qui leur permettent de se défendre contre des prédateurs, d’autres lichens ou d’autres organismes et leur donnent des qualités de résistance extraordinaire pour des conditions de vie particulièrement difficiles. Ces molécules n’ont jusqu’alors pratiquement pas été évaluées pour leurs activités biologiques. Elles peuvent aussi être une source d’inspiration pour les chimistes dans le cadre de recherche de nouveaux médicaments. Parmi les activités les plus immédiates à rapporter à ces composés, leur pouvoir photoprotecteur est à mettre en avant avec un intérêt dans la prévention et peut-être le traitement de cancers de la peau dont le mélanome.
Actuellement les échantillons sont dans leurs cartons d’origine (plus de 125) protégés dans des 4 armoires vitrées et placés dans une pièce non exposée au soleil.
L’ensemble de cette collection a été transmis en 2005 par le Dr. JC Massé, élève et légataire testamentaire de Mr le Pr. Henri Des Abbayes.